Anne-Lise KING

Née en 1982, Anne-Lise King a étudié à l'Institut d'Arts Visuels d'Orléans, à l'ESEC de Paris et à l'Université d'Exeter.

"Comment rendre hommage au cinéma en tant qu’art mais aussi en tant que technique ? Le cinéma est une invitation à découvrir le monde depuis votre fauteuil. Les images défilent devant vos yeux pendant que vous êtes confortablement installé. Anne-Lise King prend le contrepied de ce postula pour créer ses œuvres basées sur des illusions d’optique. Elle ne vous enferme pas dans votre salon ou dans une salle obscure. Elle s’invite dans l’espace public pour le le magnifier et le transformer en aire de jeux. Elle vous détourne de votre chemin pour jouer avec votre imaginaire. Le spectateur devient opérateur car ces œuvres ne vous sont révélées que par votre mouvement ; fixes, elles vous apparaissent intrigantes, parcellaires.
Anne-Lise King s’inspire de principes scientifiques et techniques connus de longue date : les notions de persistance rétinienne, d’effet phi, de géométrie optique… Elle va ainsi réinventer le zootrope. : objet inventé en 1833 bien avant la naissance du cinéma. En le faisant tourner, il donne l’illusion de mouvement en regardant à travers une fente des images fixes. Encore plus ancien, elle détourne le principe du gnomon : à l’origine, simple bâton qui permet de donner la hauteur du soleil.
A-L King est elle même réalisatrice et photographe. En plus de son travail-hommage sur le cinéma, elle fixe en lumière et sur la pellicule le mouvement grâce au principe du « ligthpainting ». Il s’agit d’image créée en agitant une source lumineuse devant un appareil photo placé en pause longue dans l’obscurité."

​Texte de Jamel Hellal de Centre Science

Capture d’écran 2018-11-05 à 15.44.14.pn